CONFERENCES SAISON 2022 / 2023



" Les 250 ans de l'inauguration du pont de Neuilly,1000 ans d'histoire "


Par Monsieur Jean-François MARTRE
Le samedi 24 septembre 2022 à 15h00 (Palais de la Culture)

Le 22 septembre 1772, il y a tout juste 250 ans, en présence de toute la cour, de la favorite Madame du Barry, du corps diplomatique et d'une foule considérable, le roi Louis XV procéda à l'inauguration officielle du pont de pierre de Neuilly construit par Jean-Rodolphe Perronet. L'ingénieur avait ordonnancé l'opération pour que les cintres des cinq arches puissent tomber simultanément à un signal donné par un roulement de tambour. Les charpentes des cintres s'abattirent à grand bruit dans le fleuve, produisant un remous tel que plusieurs embarcations chavirèrent. Des jeunes filles vêtues en blanc jetèrent des fleurs dans la Seine, et le roi, montant dans son carrosse traversa le pont en premier et rejoignit Marly en empruntant le nouvel axe de l'actuel rond-point de la Défense puis celui des Bergères.

Le décintrement du pont de Neuilly, le 22 septembre 1772 - par ROBERT Hubert - Musée Carnavalet

Pour célébrer cet anniversaire, nous vous proposons 1000 ans d'histoire, d'anecdotes et d'iconographies sur le passage de la Seine à Neuilly par gué, bac, ponts en bois, pont en pierre et pont métallique.

Retour calendrier >>>


" L'éducation et l'école des jeunes romains au temps de Cicéron "


Par Monsieur Jean-Noël ROBERT
Le samedi 15 octobre 2022 à 15h00 (Palais de la Culture)

Qui sera surpris d'apprendre que Cicéron était, dès son plus jeune âge, un brillant élève, admiré de ses camarades. et envié par quelques jaloux ? Mais n'allons pas imaginer que l'école, même à la fin de la République romaine, ressemblait à la nôtre. Certes, elle s'était organisée assez tardivement et ne se limitait plus à l'éducation donnée par les pères de famille, mais elle était très différente de ce que nous imaginons : pas d'école publique (l'enseignement est privé), pas d'obligation scolaire, pas d'enseignants formés, as de diplômes. mais un usage immodéré du martinet ! En un mot, rien d'unanime, sauf dans la détestation.

Il nous faut donc prendre nos distances avec ce que les historiens nous enseigné. Même si, selon Tacite, l'éducation à la romaine nous a légué en héritage un bilan qui n'a rien perdu de son actualité : « l'oisiveté de la jeunesse, la négligence des parents, l'ignorance des maîtres et l'oubli des mœurs antiques »

Retour calendrier >>>


" La peinture française classique du XVII° siécle (2° partie) "


Par Madame Hélène De La Selle
Le samedi 19 novembre 2022 à 15h00 (Palais de la Culture)

Le courant classique : Après les « peintres de la réalité » dont Georges de La tour est l'exemple le plus sublime, la peinture française atteint son apogée avec Poussin. Celui-ci considérait la peinture faite pour la délectation de l'oil mais aussi de l'esprit. Chaque tableau est un modèle d'équilibre et d'harmonie, mais il est surtout porteur d'un message philosophique ou moral. Le Lorrain, avec ses somptueux paysages baignés de lumière et Philippe de Champaigne, l'artiste le plus représentatif de ce siècle mystique, complètent l'éventail si riche de la première moitié du siècle. Pour le règne de Louis XIV, le grand peintre de cour est Charles Le Brun, véritable chef d'orchestre de la monarchie triomphale.

                                      Charles LEBRUN

Retour calendrier >>>


" La mode des Turqueries "

Par Monsieur Frédéric Hitzel
Le samedi 17 décembre 2022 à 15h00 (Palais de la Culture)

La mode des Turqueries
A la fin du XVII° siècle en Europe, la terreur que les Turcs ont longtemps inspirée cède progressivement la place à une véritable fascination. Cette curiosité des européens pour le monde turco-ottoman se traduit par l'expansion d'un phénomène esthétique et artistique que l'on désigne sous le terme turqueries.
Récit de voyages consacrés aux territoires ottomans, traductions d'œuvres littéraires, dont les plus connues sont Les Mille et Une Nuits, spectacles splendides offerts par les ambassadeurs de la Sublime Porte, autant de catalyseurs qui vont inspirer aux artistes, pour le plus grand plaisir des élites dirigeantes, une vision fabuleuse de ce monde lointain.
C'est certainement en France que la mode des turqueries s'est exprimée de la manière la plus féconde et la plus durable, mais le genre artistique s'est étendu bien au-delà, que ce soit à la cour de Londres, de Vienne ou de Saint-Petersbourg. Elles sont une source inépuisable pour les artistes dans les domaines aussi divers que la mode, la peinture, la musique, le théâtre, voire les décorations d'intérieur. Elles reproduisent un imaginaire fantastique favorisant une grande créativité.

                                     

Retour calendrier >>>


" La peinture en Hollande
                                au XVII° siècle "

Par Madame Hélène de La Selle

Le samedi 28 janvier 2023 à 15h00 (Palais de la Culture)

République bourgeoise ayant conquis son indépendance politique et religieuse à la force du poignet, la Hollande est un cas unique dans l'Europe de l'époque. Son art "" ni monarchique ni religieux "" reflète cette spécificité de l'école de peinture hollandaise du XVII° siècle. Franz Hals, d'une étonnante modernité, en est le plus ancien représentant, suivi magistralement par le géant qu'est Rembrandt. Dès le succès de « La leçon d'anatomie » en 1632, la réputation de Rembrandt est faite et durant dix années, il va connaître une carrière exceptionnelle. Mais la fin de sa vie sera plus dure, marquée par différents deuils familiaux, des problèmes juridiques et financiers et les commanditaires qui l'abandonnent. Car Rembrandt est un artiste libre qui ne veut pas tenir compte des goûts de son temps, pour ne travailler que ce qui l'intéresse, soit la matière et surtout la lumière. Rembrandt meurt dans l'indifférence générale, mais nous ayant laissé l'ouvre d'un des plus grands artistes de tous les temps.

       

Retour calendrier >>>


" ROSA BONHEUR "

Par Madame Sylvie GAZANNOIS

Le samedi 18 février 2023 à 15h00 (Palais de la Culture)


A l'occasion du centenaire de sa naissance, le Musée d'Orsay revient sur la carrière hors norme de cette artiste peintre, connue surtout pour ses tableaux animaliers (labourage nivernais, 1849). De l'Auvergne à l'Ecosse, en passant par les Etats-Unis, Rosa Bonheur montra une curiosité insatiable pour la diversité des espèces et des paysages. Son ouvre s'est nourrie de la zoologie, de la botanique ainsi que des découvertes scientifiques afin de dresser de véritables portraits de bêtes sauvages ou domestiques. Femme libre et indépendante, elle reçut la Légion d'honneur, témoignant de sa popularité et de son talent.

           

Retour calendrier >>>


" Conférence prévue "

Par Madame Véronique DEFAUW
Le samedi 18 mars 2023 à 15h00 (Palais de la Culture)

Retour calendrier >>>


" Conférence prévue "


Le samedi 22 avril 2023 à 15h00 (Palais de la Culture)

Retour calendrier >>>


" Conférence prévue "


Le samedi 13 mai 2023 à 15h00 (Palais de la Culture)

Retour calendrier >>>


" Conférence prévue "


Le samedi 17 juin 2023 à 15h00 (Palais de la Culture)

Retour calendrier >>>