John Fitzgerald Kennedy

John Fitzgerald Kennedy

 

Visite à Dallas

Visite à Dallas

 

 

 

compte rendu

"John Fitzgerald Kennedy, l'histoire et le mythe"

Compte rendu de la conférence de Monsieur Claude Coulon

Un mythe nait toujours de la rencontre d’un homme providentiel et d’une époque de bouleversements. C’est ainsi que Kennedy va à la fois incarner et transcender l’Amérique des années soixante.

Après les deux mandats républicains du Président-général Eisenhower, le choc entre le Vice-Président Nixon, responsable de fait de la politique de gouvernement et des excès de la chasse aux Sorcières, et le très jeune candidat du parti démocrate, John Fitzgerald Kennedy, donna lieu à une des élections les plus dramatiques de toutes les présidentielles américaines. Celui qui devait devenir le plus jeune Président des Etats-Unis venait de l’une des plus célèbres familles de l’oligarchie de Nouvelle-Angleterre. Il avait la fortune, la culture, un passé de héros de la Seconde Guerre Mondiale, un indéniable charisme, les puissants appuis de son milieu, et l’intelligence de choix de ses collaborateurs. Les rôles joués par son père, patriarche controversé, par son frère Robert, réformiste subtil, par sa femme qui favorisa l’entrée de la culture et des arts à la Maison Blanche, ne doivent surtout pas être minimisés.

Mais l’époque-clé à laquelle il apparait donne à Kennedy sa vraie stature. Il est partisan d’une Amérique multi-raciale au moment où explosent les ethnies, il est l’ami personnel de Martin Luther King, il désire sincèrement une coopération avec le monde occidentale et veut un dialogue permanent avec l’URSS toute puissante. Cuba et le Viêt-Nam se feront malgré lui, et l’histoire exercera une ironie destructrice envers cet homme trop ambitieux, de la race de ceux que les dieux depuis la Grèce Antique n’ont cessé de punir pour leur rappeler leur condition de mortelle. En ce sens, Dallas est un assassinat dans lequel tout le monde semble avoir une raison de tremper, dépassant sans doute le pathétique pour donner à ce qui ne fut pas un accident son aura et son sens tragique.