bulletins



Entéte A

Lettre N° 3 - Puteaux le 28 février 2021



Chers amis,

Certains d'entre vous participent aux activités de la SHALP, d'autres sont intéressés par l'histoire et celle de notre ville en particulier.

Depuis septembre, nous nous efforçons de retrouver l'esprit de notre association en publiant chaque mois des anecdotes, des relations de faits ou d'évènements, des portraits historiques ou des souvenirs recueillis, qui mis bout à bout racontent l'histoire de ceux qui ont vécu à Puteaux avant nous, de nos quartiers, de nos monuments, de nos rues.

- Je vous invite à consulter le site de la SHALP à la rubrique Histoire pour retrouver toutes les études déjà publiées, dont les dernières : http://www.shalp-puteaux.org/histo

▇ En septembre 2020 : La carte imagée et surprenante de Zundten montrant Puteaux en 1568.

▇ En octobre 2020 : Lully et la résidence des musiciens du Roi en 1675, qui se trouvait à l'emplacement de l'actuelle résidence Vieille Église.

▇ En novembre 2020 : Le quartier Pressensé-Rive-de-Seine ou le quartier des Ducs de Gramont, de Penthièvre, de Feltre, et de l'ancien château de Puteaux avec le Mont Valérien en arrière-plan.

▇ En décembre 2020 : L'histoire de la rue Benoit Malon, une des plus vieilles rues de Puteaux qui s'est longtemps appelée rue Poireau.

▇ En janvier 2021 : le Récit de jeunesse de Jean Roussaux, un ancien du quartier Bergère-Moulin qui a bien voulu partager ses souvenirs d'enfance d'avant 1950.


Ce mois-ci, nous publions sur le site de la SHALP :


1 - la deuxième partie des souvenirs de Jean Roussaux : il décrit les rues du plateau ouest des années 1940-1950, "" le quartier Bergères-Moulin "".C'est un quartier en pleine évolution urbaine qu'on ne reconnaitra bientôt plus. Les cartes postales de 1910 sont pertinentes dans cette description. Jean agrémente son texte de quatre aquarelles qui dévoilent un autre de ses talents. La première est une vue de la fenêtre de sa chambre, au 56 de la rue des Bas-Rogers, vers le Mont Valérien. J'ai été surpris de la proximité du mont et des bâtiments militaires, aujourd'hui invisibles, cachés derrière les immeubles qui bordent la rue des Bas Rogers côté Suresnes. Si vous vous promenez près du lavoir de la rue Cartault, penchez-vous en direction du Mont Valérien et vous aurez la même sensation de proximité.



Aquarelles de Jean Roussaux
Aquarelles de Jean Roussaux : http://www.shalp-puteaux.org/artistique/pages/etudeart002.html


2 - Un complément de l'étude de Jean Launay sur les cimetières de Puteaux parue dans le Numéro de 1942 du Bulletin de la SHALP. Le plan terrier fait pour le compte des Dames de Saint-Cyr autour de 1700 donne avec précision l'emplacement devant l'église Notre Dame de Pitié du premier cimetière de Puteaux, qui occupait la place devant l'entrée, ainsi que celui des Suisses de la religion dite réformée le long de la rue Godefroy.



Cimetiere 02


3 - Dans le cadre de l'activité artistique de la SHALP, nous allons profiter des recherches de Jean-André Degrotte, le collectionneur qui nous a présenté cette belle collection de « portraits de femmes » en mars 2019, pour publier des clins d'oeil sur les ventes du mois de tableaux ayant un lien avec Puteaux.

▇ Puteaux au fil des ventes - Ce mois-ci, Jean-André nous a signalé :

Ce tableau de Macarios Vitalis représentant la construction du pont métallique de Neuilly en 1939. Macarios a vécu plusieurs années chez Camille Renault et travaillait dans l'atelier de ce dernier. Plusieurs de ses tableaux sont accrochés à la Maison de Camille, rue Benoit Malon. Vue prise depuis les quais de Courbevoie où ont lieu le déchargement des poutrelles d'acier et des blocs de pierre. Au haut à gauche, un des immeubles de Neuilly que l'on voit depuis le parc Lebaudy de l'ile de Puteaux.



Pont de Puteaux




Buste


Etude, à la mine de plomb, d'homme nu d'Alfred Janniot (1889-1969).
Sculpteur particulièrement connu à Puteaux pour ses bas-reliefs de 1934 qui ornent le fronton de l'Hôtel de Ville et du Bureau de Poste.

Himou


Et aussi ce Hibou, aquarelle de Reynold Arnould, (1919-1980), annotée d'une note manuscrite au dos signée Camille Renault et datée Puteaux 1949.
Ce peintre havrais est le premier Conservateur du musée du Havre, le MuMa. Après la guerre, il rejoint le groupe de Puteaux avec Villon et Kupka. Il consacra à Camille Renault la totalité d'une exposition en 1949, partant d'une représentation réaliste, il décompose le personnage jusqu'à l'abstraction en 145 études.
Reynold Arnould est présent sur les murs de la Maison de Camille rue Benoit Malon.

- Ne ratez pas la présentation sur youtube de la vente d'un chef d'ouvre de Kupka -
Mise à prix 200.000/300.000 ? - https://www.youtube.com/watch?v=LklvjmOcAm8


Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site.



Dès que la situation le permettra, nous avons en projet un atelier par trimestre sur l'aide à la recherche d'un lieu ou d'un habitant, la gestion et l'utilisation des sources en ligne, la présentation des fonds des archives de Puteaux.

Dites-nous si vous souhaitez être tenu au courant de ces publications, si vous êtes intéressés par ces ateliers.

Pour faire vivre ces études sur l'histoire de Puteaux, nous avons besoin que des contributeurs nous rejoignent avec leur plume, leurs photos, leurs anecdotes, leurs témoignages, leurs documents.

Nous remercions Monsieur et Madame Camus qui ont bien voulu nous prêter divers documents sur Puteaux et notamment le Bulletin de la SHALP de 1942.



Pour prendre contact :
- Shalp92800@orange.fr
- Jean-francois.martre@wanadoo.fr